SÉLECTION TV HEBDOMADAIRE

Cette sélection TV hebdomadaire est effectuée par le secrétariat général de la CIIP. Elle est destinée aux enseignant.es et aux médiathèques scolaires. Les choix renvoient à des objectifs du Plan d'études romand (tags de couleur, par ex. SHS 31, FG 21, etc) ou, cas échéant, à des fiches pédagogiques e-media. Les films et émissions TV mentionnés dans cette sélection se retrouvent à terme sur laPlattform.ch, pour une exploitation en classe (streaming ou téléchargement).

 

Vendredi 5 mars 2021

Être et avoir

 
Film documentaire de Nicolas Philibert (France, 2002)
 
Vendredi 5 mars 2021 à 21h05 sur France4Durée : 100 min FG 21-31
 
Tourné au fin fond de l'Auvergne, dans la classe d'un instituteur en fin de carrière, ce documentaire est aujourd'hui devenu un classique, unique en son genre. Le temps s'est arrêté dans cette chronique pleine de sensations qui se transmettent d'une génération d'écoliers à l'autre : la place de chacun dans la classe, le froid dehors, les saisons qui s'égrènent, parfois si lentement ! Etre et avoir nous parle d'une éducation qui est formation, initiation à tout ce qui fait l'être, tout ce qui sera son bagage. L'ennui et la rêverie sont donc les bienvenus. Tout est utile. Pour Philibert, raconter cette classe, c'est écouter les mots d'enfants, qui sont comme des échappées belles, mais aussi regarder comment on apprend à vivre ensemble, à travers des relations qui comptent : entre maître et élève, parents et enfant et, bien sûr, entre camarades de classe, tantôt amis, tantôt ennemis jurés !
 
Au fil de ces liens, ce film nous met sur le chemin de l'existence, le cœur battant. Pourtant, qui pouvait s'attendre à ce que ce documentaire casse la baraque avec près de deux millions d'entrées ? (Télérama)

 

 

 

Dimanche 7 mars 2021

Angel

 
Film de François Ozon (France - Grande-Bretagne - Belgique, 2007)
 
Dimanche 7 mars 2021 à 20h55 sur arte Durée : 130 min FG 31
 
Tourné en anglais et paré comme un mélo hollywoodien des années 1950, ce film ne manqua pas de décontenancer le public. Amateur d’ambiguïtés, François Ozon les amasse comme des trésors au fil d’une intrigue aux apparences trompeuses : petite fée de l’écriture, Angel Deverell s’offre le château de ses rêves, Paradise, en devenant reine de la littérature à l’eau de rose dans l’Angleterre des années 1900. Mais, à force de vouloir repousser les limites de ce paradis payé avec des romans plein de clichés, l’héroïne romantique bâtit un enfer…
 
Sa déroute n’est-elle pas la preuve de sa foi en un idéal, de son authenticité ? Ozon rend peu à peu très poignant ce destin, qui ouvrait son cinéma à une ampleur romanesque nouvelle. (Télérama)

 
pdf_20x20  Fiche pédagogique e-media 

 

 

Histoire vivante
La tragédie des Brigades Internationales 

 
Documentaire de Patrick Rotman
Dimanche 7 mars 2021 à 22h10 sur RTS_2_2019 Durée : 101 min SHS 32
Espagne, 1936 : la guerre civile éclate entre les Républicains au pouvoir et la droite nationaliste du Général Franco. Pour venir en aide à la gauche espagnole, les Brigades internationales sont créées : 40'000 combattants, souvent mal préparés et venus de 50 pays, s’engagent sur les lignes de front. Beaucoup y laisseront leur vie. 80 ans après son déclenchement, le souvenir de la guerre d’Espagne se confond encore avec celui des Brigades internationales.
 
Pour sauver la république du fascisme, les brigadistes sont venus du monde entier, titis parisiens, dockers new-yorkais, juifs de Palestine, mineurs polonais, militants allemands, souvent immigrés, pourchassés, illégaux, communistes pour la plupart. Et des milliers sont tombés sur cette terre d’Espagne qu’ils sont venus libérer.

Aujourd’hui cette épopée de 40'000 combattants originaires de cinquante pays différents résonne comme la chanson de la liberté contre la barbarie. Mais comme toujours l’histoire est infiniment plus complexe que la mythologie. Les hommes ne sont pas des dieux et l’aventure des brigadistes possède une face sombre.
 
Les Brigades internationales ont été créées et organisées par le mouvement communiste. De bout en bout, elles ont été contrôlées par des chefs inféodés à Staline. La tragédie des Brigades internationales se fixe comme ambition de raconter, de 1936 à 1939, la vraie histoire de ces combattants venus mêler leur destin à celui du peuple espagnol, dans l’éclatante lumière de l’héroïsme fraternel et la pénombre des crimes et des liquidations. (RTS)