Sélection TV hebdomadaire

 

Samedi 13 juillet 2019

Naples, le réveil des volcans 

 
Film documentaire de Duncan Bulling (Royaume-Uni, 2018) 

Samedi 13 juillet 2019 à 22h15 sur arte Durée : 55 min  SHS 31
 

Les 3 millions d'habitants de Naples et son agglomération vivent sous la menace du Vésuve, qui a anéanti Pompéi, et des champs Phlégréens, qui comptent parmi les volcans en activité les plus dangereux au monde...

Le Vésuve, qui a anéanti Pompéi, surplombe Naples et sa banlieue. L'agglomération et ses 3 millions d'habitants se trouvent aussi sous une autre menace directe : les champs Phlégréens (campi Flegrei en italien, c'est-à-dire "brûlants"). Très peuplée, cette caldeira – vaste dépression circulaire –, formée au cours de deux éruptions majeures il y a trente-six mille et quatorze mille ans, se caractérise par la présence de très nombreux cratères. Ces champs Phlégréens comptent parmi les volcans en activité les plus dangereux au monde. Quelles seraient pour Naples et ses environs les conséquences d’une nouvelle éruption du Vésuve ou des champs Phlégréens ?

Éruption annoncée

Émaillé d’impressionnantes simulations d’explosions volcaniques, le film suit les volcanologues, géologues et géochimistes dans leur travail pour protéger la ville et sa région d’une catastrophe. Les chercheurs analysent les éruptions passées, notamment celle qui a anéanti Pompéi en l’an 79 de notre ère, et tentent d'évaluer les probables pertes humaines en cas de nouvelles coulées pyroclastiques et nuées ardentes. Ils cherchent à concevoir des systèmes d’alerte précoce assez efficaces pour détecter la menace, par exemple en mesurant le taux de dioxyde de carbone et l’augmentation de vapeur qui fragilise actuellement les roches des cratères volcaniques des champs Phlégréens, augmentant ainsi la probabilité d’un nouveau cataclysme. Une seule certitude : les deux volcans entreront un jour de nouveau en éruption car ils sont situés sur une zone de subduction entre les plaques eurasienne et africaine. Les scientifiques seront-ils capables de prédire assez tôt ces drames pour évacuer la zone et sauver ainsi sa population ? (Arte)

 

 

Vigilance volcanique au coeur de Java 

 
Film documentaire de Felix Krüger (Allemagne, 2015) 

Samedi 13 juillet 2019 à 23h10 sur arte Durée : 55 min  SHS 31 

 

L’île indonésienne de Java est située sur l’arc de la Sonde, zone volcanique à l’activité la plus intense au monde. Le volcan Merapi ou "Montagne de feu", réputé pour ces fréquentes et redoutables éruptions, menace la région et la planète entière. Comprendre son mécanisme devient alors un enjeu majeur pour les chercheurs.

Réputé pour ses éruptions brutales aux nuées ardentes pouvant atteindre 800 degrés, le Merapi a fait plus de 1 500 victimes au cours du siècle passé. En 2010, ses coulées pyroclastiques ont ravagé plusieurs villages jusque-là épargnés ; la grande ville de Yogyakarta est désormais directement menacée. Le volcan s’achemine peut-être vers une gigantesque éruption explosive, laquelle pourrait obscurcir l’atmosphère et produire des effets à l’échelle planétaire. Les chercheurs de l’observatoire volcanologique local, ainsi que ceux du Centre de recherche allemand en géoscience de Potsdam, tentent de comprendre les raisons de ces transformations, pour mieux en prévenir les conséquences. En les suivant dans leurs expéditions et leurs travaux de pointe, le film analyse les enjeux de ce terrible phénomène géologique. (Arte)

 

 

Lundi 15 juillet 2019

Cul-de-Sac

 
Film long métrage de Roman Polanski (GB, 1966)

Lundi 15 juillet 2019 à 22h25 sur arte Durée : 110 min

Le plus beau Polanski première manière. Peut-être le plus beau Polanski tout court. A la suite d’un hold-up raté, deux gangsters, dont l’un est mourant, se réfugient dans un château isolé en Irlande où vit un couple improbable : un petit chauve travesti et une Française, adepte de la « bicyclette », spécialité probablement apprise dans quelque mauvais lieu de Paris…

Constamment soutenu par la musique grinçante de Krzysztof Komeda, Polanski filme une farce où l’humour noir d’un Gombrowicz flirte avec l’absurde d’un Beckett. Entre le petit homme et le gangster se nouent des rapports de force et de mépris, la stature et la présence de Lionel Stander écrasant sans cesse le malheureux Donald Pleasence (formidable, au demeurant). Jeu pervers arbitré par une Françoise Dorléac divine, créant une tension permanente avec sa démarche de ­félin à peine apprivoisé. Et un suspense grandissant par ses rires en cascade, sensuels, ironiques, qui s’accordent à la musique pour exprimer la dérision qu’inspire au cinéaste l’humanité souffrante qui s’agite sous ses yeux. (Télérama)

 

 

Jeudi 25 juillet 2019

Copie conforme

 
Film long métrage d'Abbas Kiarostami (France/Italie, 2015)

Mardi 23 juillet 2019 à 22h15 sur arte Durée : 106 min

 

Une femme et un homme se promènent dans le sud de la Toscane. Viennent-ils de se rencontrer ? Sont-ils mariés depuis quinze ans ? Leur échange est-il un « original » ou bien la répétition d'une première fois et de bien des fois suivantes ? Le film décline ce thème de la copie : il s'agit aussi bien du rapport entre la vie (l'authentique ?) et l'art (l'imitation ?) que des périodes successives de l'existence. Ce cinéma renvoie à un modèle, Voyage en Italie , de Rossellini, qui suivait la dérive autour de Naples d'un couple de touristes, étrangers à tous les sens du terme.

Le voyage est aussi celui d'Abbas Kiarostami : il tourne pour la première fois hors d'Iran, dans une autre langue que la sienne et avec une star, Juliette Binoche. Grand metteur en scène mystérieux, guetteur de vérité accidentelle, Kiarostami déploie ici un style étrange, incertain, où la science des cadrages se mêle à une série de décalages, de dissonances dans le jeu des acteurs. Voulu ou non, le mélange sert le sentiment de malentendu qui gagne les personnages. Car, bien sûr, la « conformité » du film à Voyage en Italie est un leurre. Aux ruines de Pompéi, catalyseur inattendu des sentiments chez Rossellini, répond, chez Kiarostami, une Toscane livrée aux tristes pèlerinages conjugaux, arpentée en vain par les copistes du grand amour évanoui. (Télérama)

 

 

Dimanche 28 juillet 2019

Selma

 
Film long métrage d'Ava DuVernay (USA, 2014)

Dimanche 28 juillet 2019 à 20h55 sur arte Durée : 120 min  SHS 31-32-33-34-35 FG 31 


De Martin Luther King, ce film ne raconte ni le fameux discours de 1963, « I have a dream », ni l’assassinat, en 1968, mais le combat pour le droit de vote des Noirs.

En s’appuyant notamment sur les rapports d’agents du FBI, qui listaient les faits et gestes des activistes, la réalisatrice entre dans les coulisses de l’action politique et militante, exploite au mieux des situations concrètes et donne une portée pédagogique à cette reconstitution. Les combats et la méthode de Martin Luther King (sobrement interprété par le très doué David Oyelowo) peuvent encore servir aujourd’hui. Ce message fort aurait pu être délivré avec davantage de tempérament et d’âme. Quand, à la fin de Selma, des images d’archives surgissent, la vitalité spontanée qu’elles montrent souligne les limites de ce film mené avec rigueur, mais aussi avec raideur. (Télérama)

pdf_20x20  Fiche pédagogique e-media