SÉLECTION TV HEBDOMADAIRE

Jeudi 28 mai 2020

C'est toujours pas sorcier
A la découverte des dents

 
Jeudi 28 mai 2020 à 13h30 sur France4 Durée : 25 min
 
Un magazine de vulgarisation scientifique destiné à tous les curieux, jeunes et moins jeunes. Depuis leur cabane Max, Cécile et Mathieu, à l'aide de maquettes, de l'avis de spécialistes et de travaux pratiques, se penchent sur un thème fascinant. (Télérama)

 

 

Y'a pas école ?
Les séismes

Jeudi 28 mai 2020 à 15h20 sur RTS_2_2019 Durée : 55 min SHS 31



« Y’a pas école ? » propose aux enfants et adolescents une heure d’émission du lundi au vendredi pour réviser les programmes scolaires autrement que sur les bancs d’école. (RTS)
 
Qu'est-ce qu'un tsunami ? (2 minutes). Dès 8 ans.
Le tsunami (11 minutes). Dès 9 ans.
Lacs helvétiques : risques de tsunamis (2 minutes). Dès 9 ans.
Retour dans une ville martyre (3 minutes). Dès 9 ans.
Qu'est-ce qu'un tremblement de terre ? (2 minutes). Dès 10 ans.
Les tremblements de terre (11 minutes). Dès 10 ans.
Séismes : bien gérer une catastrophe (3 minutes). Dès 10 ans.
En attendant le "Big One" (3 minutes). Dès 10 ans.
Menaces sismiques : simulation scientifique (2 minutes). Dès 10 ans.
Explications de sismologues de l'Institut de Physique du Globe (Paris) (10 minutes). Dès 15 ans.
Les tremblements de terre (15 minutes). Dès 15 ans.
Squat@home (3 minutes).

NB : les âges sont donnés à titre indicatif. La mise en contexte par un adulte est toujours souhaitable.

 

 

Vendredi 29 mai 2020

Y'a pas école ?
Le racisme

Vendredi 29 mai 2020 à 15h10 sur RTS_2_2019 Durée : 55 min SHS 35 FG 38
 

« Y’a pas école ? » propose aux enfants et adolescents une heure d’émission du lundi au vendredi pour réviser les programmes scolaires autrement que sur les bancs d’école. (RTS)
 
Souricette a des ennuis (8 minutes). Dès 6 ans.
C'est quoi, le racisme ? (2 minutes). Dès 8 ans.
La discrimination en deux minutes. Dès 10 ans.
C'est qui, Martin Luther King ? (2 minutes). Dès 10 ans.
C'est quoi, l'antisémitisme ? (2 minutes). Dès 10 ans.
Racisme dans le milieu du football: l'interview de Johan Djourou (6 minutes). Dès 14 ans.
L'emploi de la gueule (16 minutes). Dès 14 ans.
Appropriation culturelle: pourquoi c'est offensant ? (10 minutes). Dès 15 ans.
Le monde vous appartient : le racisme (2 minutes). Dès 12 ans.
Squat@home (3 minutes).

NB : les âges sont donnés à titre indicatif. La mise en contexte par un adulte est toujours souhaitable.

 

Samedi 30 mai 2020

C'est toujours pas sorcier
Explorer les océans 

 
Samedi 30 mai 2020 à 20h40 sur France4 Durée : 25 min SHS 21-31
 
Un magazine de vulgarisation scientifique destiné à tous les curieux, jeunes et moins jeunes. Depuis leur cabane Max, Cécile et Mathieu, à l'aide de maquettes, de l'avis de spécialistes et de travaux pratiques, se penchent sur un thème fascinant. (Télérama)

 

 

Dimanche 31 mai 2020

Histoire vivante
Vivre dans l’Allemagne en guerre
1/2 : Le crépuscule 1938-1942 

 
Minisérie documentaire de Jérôme Prieur (France, 2020)
Dimanche 31 mai 2020 à 20h50 sur RTS_2_2019 Durée : 53 min SHS 32
Raconté à partir de correspondances et de journaux intimes de civils allemands entre 1938 et 1945, ce film en archives montre comment la Seconde Guerre mondiale a été vécue à l’écart du front. Écrites à chaud et au jour le jour, ces lettres témoignent d’une catastrophe qui plonge tout un peuple vers l’abîme. Deux épisodes poignants.
 
Depuis le 30 janvier 1933 et l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, l’Allemagne a été mise au pas. Les opposants ont été anéantis. La presse sous l’entier contrôle du régime, les actualités projetées dans les cinémas et la radio diffusée au cœur de chaque foyer sont les porte-voix de la propagande officielle, omniprésente. Une immense majorité d’Allemands se range à ce nouvel ordre qui leur promet un avenir radieux.
 
En témoignent les lettres que s’envoient les fiancés et les époux, bientôt séparés par la guerre, se donnant des nouvelles comme si leur vie continuait d’être normale. Mais après l’euphorie des premières conquêtes, le front se rapproche de plus en plus de l’intérieur même de l’Allemagne qui, sous le déluge des bombes alliées, va devenir une forteresse assiégée.
Irène Reitz travaille chez un fleuriste à Lauterbach, une bourgade en pleine Forêt Noire. Ernst Guicking, son fiancé, est sous-officier de carrière dans la Wehrmacht et combat en France puis en Russie. Liselotte Purper, qui a 22 ans en 1940, est photographe pour les organismes officiels du Reich. Elle est fiancée à Kurt Orgel, lieutenant dans un régiment d’artillerie qui sera envoyé à Stalingrad. Comme la grande masse des Allemands, ils sont convaincus par le IIIe Reich.
 
Tandis que la persécution des Juifs devient un objectif prioritaire, rarissimes sont alors celles et ceux qui parviennent à garder leur lucidité et qui osent écrire dans leurs journaux intimes ce qui se passe vraiment.
 
Luthérien fervent, Jochen Klepper relate ses cas de conscience et ses efforts désespérés pour sauver sa femme et sa belle-fille, d’origine juive. Croyante elle aussi, Lisa de Boor vit et travaille à Marburg où elle écrit des contes pour enfants et des poèmes, notant les événements marquants. Mathilde Wolff destine son témoignage écrit sous forme de lettres à ses enfants exilés hors d’Allemagne, bien qu’elle ne puisse pas les leur envoyer, « pour qu’ils sachent plus tard ce que nous avons vraiment vécu », dit-elle.
 
Ruth Andreas-Friedrich, qui appartient à un groupuscule clandestin de secours aux Juifs, travaille comme journaliste à Berlin. Parallèlement, elle tient pendant toute la guerre son carnet de bord où elle raconte tout ce qu’elle peut, au péril de sa vie. Journaliste pour le Deutsche Allgemeine Zeitung, Ursula von Kardorff est issue d’une vieille famille de la noblesse prussienne. Comme Ruth Andreas-Friedrich, elle ne cesse de confier en secret comment son pays sombre dans l’horreur quand la guerre devient mondiale.
 
À partir de quelques correspondances et de journaux intimes qui nous permettent d’entendre la voix de ces civils allemands, pour l'essentiel des femmes, à travers les images surprenantes enregistrées par les films amateurs tournés au fil des jours et des saisons, ce film montre comment la Seconde Guerre mondiale a été vécue, à l’écart du front… (RTS)

 

 

Vivre dans l’Allemagne en guerre
2/2 : L'abîme 1942-1945 

 
Minisérie documentaire de Jérôme Prieur (France, 2020)
Dimanche 31 mai 2020 à 21h45 sur RTS_2_2019 Durée : 53 min SHS 32
A partir de la fin 1942, la guerre est devenue mondiale et le front se rapproche de l’intérieur même de l’Allemagne. Les civils se retrouvent dans une forteresse assiégée. Mais la grande masse des Allemands reste convaincue par le IIIème Reich. Très rares sont ceux et celles qui, malgré la propagande, parviennent à garder leur lucidité. (RTS)

 

 

Mardi 2 juin 2020

À bon entendeur
Données personnelles : les entreprises savent tout de vous

Mardi 2 juin 2020 à 20h10 sur RTS_1_2019 Durée : 45 min FG 31
Quelles informations les géants du net détiennent-ils sur chacun d’entre nous ? Pour le savoir, ABEle magazine A Bon Entendeur a accompagné deux personnalités dans la récupération et l’analyse de leurs données personnelles auprès de Google, Facebook, Twitter & co. Résultat : des centaines de pages de données sensibles et très précises dont l’utilisation reste floue. Pour aider les usagers à maîtriser les traces laissées un peu partout, un expert explique comment adapter son comportement sur le web et les réseaux sociaux. (RTS)

 

 

Mercredi 3 juin 2020

Faut-il manger les animaux ? 

 
Film documentaire de Christopher Quinn (USA, 2017)
Mercredi 3 juin 2020 à 22h10 sur RTS_1_2019 Durée : 90 min FG 36-37 
De plus en plus de « fermes » produisent de la nourriture à bas coût destiné à l’industrie agro-alimentaire. Des produits souvent malsains pour les consommateurs et qui ont un grave impact sur l’environnement. Face à cette surproduction, quelques résistants maintiennent un élevage à l'ancienne, malgré les pressions de toutes sortes.
 
Réalisé et produit par Christopher Quinn, Faut-il manger les animaux ? raconte l'histoire du début de la fin de l'élevage industriel. Le film est l'adaptation en long métrage du livre du même nom de Jonathan Safran Foer qui commence par une simple question : d'où viennent nos œufs, nos produits laitiers et notre viande ? À travers les récits intimes de plusieurs fermiers qui décryptent notre façon de nous nourrir, le film explore l’idée de s'éloigner de nos pratiques alimentaires des 40 dernières années ; celles-là même qui ont mis à sac notre environnement, mis en danger notre santé et qui nous ont tous rendus complices du traitement inhumain infligé aux animaux.
 
En examinant les coûts générés par les énormes complexes industriels destinés à nourrir les masses, Faut-il manger les animaux ? s’interroge sur un retour possible à l'agriculture traditionnelle. Seule voie à suivre, désormais ?
 
Pendant cinq ans, l’équipe du film a suivi et filmé nos principaux sujets, ainsi que des experts de l'industrie, ce qui a permis un accès extraordinairement intime et a donné la possibilité de capturer des histoires authentiques au fil du temps, montrant à la fois les petites victoires, et les désespoirs plus communs, de ceux qui travaillent dans le sol. La production nous a fait traverser les États-Unis et le monde entier, de l'Inde à la Chine, de Stockholm à Berlin, et au-delà.
 
Faut-il manger les animaux ? vise à modifier le cadre même du débat public sur l'agriculture industrielle et l'avenir de la viande, en déplaçant les débats dans les médias, les esprits et les marchés. Au-delà de l'idée que l'agriculture industrielle ne concerne que les militants de la défense des animaux ou de l'environnement, nous brossons un portrait vivant de la manière dont l'agriculture industrielle a démêlé les valeurs nationales fondamentales et a changé le monde pour le pire. La lutte pour mettre fin à l'élevage industriel apparaît non seulement comme un combat pour éliminer ce qui est peut-être le plus grand crime contre la vie animale jamais commis, mais aussi comme un bon sens et une nécessité économique. (RTS)