Festival du film alpin des Diablerets : la montagne sur grand écran

Pour sa 52ème édition, entre le 7 et le 14 août, c’est une vitrine en forme de kaléidoscope que propose le Festival international du film alpin des Diablerets, avec une cinquantaine de films de montagne en provenance d’une dizaine de pays.

Du sommet de l’Everest au fond d’une vallée perdue au Tessin, de la forêt amazonienne au Grand Nord, en passant par le Kilimandjaro et la face nord de l’Eiger, la programmation de cette 52ème édition joue à la fois sur le frisson, l’émotion, la poésie et la découverte. Avec ses invités prestiges - et notamment des films coup de poing sur la chasse et la survie des paysans de montagne -, le FIFAD veut établir des ponts, susciter le débat entre la ville et la montagne. Parmi eux, Peter Brabek, ancien CEO de Nestlé, qui n’aurait pas fait une telle carrière sans son amour pour la montagne. Seront également présent Cédric Lachat, tout simplement l’un des meilleurs grimpeurs au monde, le percutant physicien philosophe Etienne Klein, le botaniste de renommée mondiale Francis Hallé qui a passé sa vie en forêt, sans oublier Tendi Sherpa, un guide népalais qui s’est retrouvé au sommet d’un 8'000 mètres… à 27 reprises !

Hôtes d’honneur

Pour la première fois, le FIFAD accueille trois hôtes d’honneur. Il concrétise sa collaboration avec le Musée Alpin Suisse qui décentralise sa dernière exposition, avec des images aussi rares qu’exceptionnelles sur la Corée du Nord. Le Comité Olympique International propose un film tout aussi exceptionnel sur les J.O de Chamonix en 1924, un film muet qui sera accompagné en direct par la violoncelliste Sara Oswald. La Cinémathèque Suisse présentera une version fraîchement restaurée du film « Derborence », de Francis Reusser.

 

Hommage et patrimoine

Le festival tient également à mettre en valeur notre patrimoine cinématographique avec notamment des films sur l’Histoire du ski et la controversée conquête de l’Annapurna, il y a 70 ans. Il rendra par ailleurs hommage à Erhard Loretan qui nous a quittés il y a une dizaine d’années, à la championne du monde de freestyle Estelle Balet, disparue il y a cinq ans, ainsi qu’au médecin Jacques Richon, guide-secouriste emporté cette année par une avalanche.

Un festival hybride et Covid free

Le FIFAD joue la nouvelle carte du présentiel et du numérique. Pendant toute la durée du festival, une nouvelle plateforme digitale permettra aux amateurs de films qui ne pourraient pas se rendre aux Diablerets de découvrir en ligne l’intégralité de la programmation. Le festival applique les recommandations du Conseil fédéral. Pour le confort et la sécurité des festivaliers, l’accès au festival se fera uniquement sous présentation du CERTIFICAT COVID. Celui-ci permettra de circuler librement et sans restriction dans l’enceinte du festival. / comm. 22.07.2021 (photo Benoît Aymon)

lien-externe_20x20  Le site du festival