Vous êtes ici : E-media > Généralités > Sélection TV

Sélection TV

Le court du jour

Les métiers de l'opéra / Perruquier 

 

Jeudi 19 avril 2018 à 11h00 sur http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=3548&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2  Durée : 2 min 59 
FG 33

Le perruquier s'occupe de la fabrication de tout ce qui est en cheveux (perruques, moustaches, favoris, sourcils, etc.), fixe ces différents éléments sur les artistes les soirs de spectacle et les remet en état après chaque représentation. (RTS)

Le court du jour

Les métiers de l'opéra / Cordonnier-bottier 

 
Vendredi 20 avril 2018 à 11h00 sur http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=3548&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2   Durée : 3 min 
FG 33

Le cordonnier-bottier crée, adapte ou transforme des chaussures mais aussi des accessoires en cuir ou en tissu.  (RTS)


La Journée de la jupe

Téléfilm de Jean-Paul Lilienfeld (France/Belgique, 2008)

Vendredi 20 avril 2018 à 20h55 sur
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=2267&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2Durée : 85 min 
FG 31-35-38 

D'emblée, la tension est présente, presque tangible. On la perçoit dans les gestes mal assurés d'une femme
 au visage las, qui tente de se frayer un passage au milieu d'ados chahuteurs - ses élèves. La classe de français commence en retard et dans le chaos. Et puis un revolver tombe du sac d'un petit caïd. A bout de frayeur et d'exaspération, Sonia Bergerac (Isabelle Adjani, parfaite) ramasse l'arme et braque les gamins (eux aussi très bien) qui lui en ont fait tant voir. A mesure que la pression augmente à l'extérieur de la salle où elle retient les collégiens, l'enseignante se transforme en justicière. Le racisme, la religion, le machisme, toutes ces choses pesantes et taboues sont étalées sur la table, pour le meilleur et pour le pire...

Etrange film, sur le fil du rasoir, délibérément incorrect et remarquablement écrit. Si les premiers accents sont ceux de la comédie corrosive, le propos dérive inexorablement vers la tragédie. La Journée de la jupe n'est pas (qu') une chronique aigre-douce sur la violence en milieu scolaire. C'est une fable réussie sur toutes ces peurs qui s'ancrent dans le quotidien et auxquelles on finit par s'habituer, faute d'oser en soigner les racines, alors qu'elles ne peuvent aboutir qu'à un désastre social et humain. (Télérama)

http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=3610&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2  Fiche pédagogique e-media



Les grands voyages de l'humanité 1/3

D’Homo sapiens aux Romains


Documentaire de Christian Twente (Allemagne, 2018)

Samedi 21 avril 2018 à 20h50 sur
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=2267&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2Durée : 50 min 
SHS 31-10e, 32

 Les premières migrations débutent il y a environ 60 000 ans. Poussé par la faim et la curiosité, un groupe d'Homo sapiens part explorer ce qui se trouve au-delà du continent africain. Se déplaçant à pied et en radeau, en suivant parfois des troupeaux d'animaux, l'homme moderne peuple peu à peu les cinq continents. Les premiers villages voient le jour, et leurs habitants commencent à cultiver la terre et à domestiquer les animaux. Au troisième millénaire avant J.-C., la découverte du bronze resserre les liens entre Eurasiens, qui doivent établir de nouvelles routes commerciales.

Puis l'Empire romain naît sur les rives de la Méditerranée. Au fil des siècles, il ne cesse d'étendre son influence. Mais l'arrivée des Huns en Europe orientale, à la fin du IVe siècle, marque le début d'une nouvelle ère : celle des grandes invasions. (Télérama)

 

Les grands voyages de l'humanité 2/3

L'âge des grandes découvertes


Documentaire de Christian Twente (Allemagne, 2018)

Samedi 21 avril 2018 à 21h40 sur
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=2267&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2Durée : 50 min 
SHS 31-10e, 32

La découverte de l'Amérique par Christophe Colomb et l'apparition d'empires coloniaux transforment l'existence de la majeure partie des 400 millions d'êtres humains qui vivent sur Terre à la fin du XVe siècle. Partout où ils s'installent, opprimant et décimant les autochtones, les Européens propagent le christianisme et les maladies. En un siècle, 98 millions d'Amérindiens précolombiens meurent de virus contre lesquels ils n'étaient pas immunisés. Pour remplacer cette main-d'oeuvre bon marché, plus de douze millions d'esclaves africains sont déportés vers le Nouveau Monde. Au début du XVIIe siècle, l'expansion se poursuit vers l'est avec la fondation de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, qui emploie près d'un million de jeunes Européens dans ce qui deviendra plus tard l'Indonésie. (Télérama)

 

Les grands voyages de l'humanité 3/3

Les migrations modernes


Documentaire de Christian Twente (Allemagne, 2018)

Samedi 21 avril 2018 à 22h30 sur
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=2267&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2 Durée : 50 min 
SHS 31-10e, 32

 Au XIXe siècle, l'innovation technique et la révolution industrielle propulsent le monde dans une nouvelle configuration : celle des migrations de masse. Tandis que le chemin de fer réduit la durée des trajets, le bateau à vapeur permet même aux moins aisés de traverser les océans. Pour échapper à la pauvreté et à la famine, 50 millions d'Européens quittent le Vieux Continent à la recherche d'une vie meilleure. Parallèlement, des lois sur l'immigration sont adoptées, des frontières et des autorités en charge de leur surveillance instituées, et le nationalisme gagne du terrain. Aujourd'hui, des millions de personnes quittent leur pays pour survivre ou pour tenter de donner un avenir à leurs enfants. Mais la gestion internationale des migrations, que certains préconisent pour humaniser le processus, reste insuffisante. (Télérama)

 

 

Le dernier Monet, les Nymphéas et l'Amérique

Documentaire de Pascale Bouhénic (France, 2018)

Dimanche 22 avril 2018 à 09h30 sur 
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=6131&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2   Durée : 52 min 
A 34 AV

Durant près de trente ans, Claude Monet a peint «Les Nymphéas», une série de 250 peintures à l'huile et de près de quatre-vingt mètres, représentant le bassin de nénuphars de sa maison à Giverny. Les oeuvres du peintre botaniste ont été offertes à la France, à la fin de la guerre en 1918, par l'intermédiaire de Georges Clémenceau. Ces toiles, très appéciées des Américains pour leur rapport intime au paysage, font écho à leurs grands espaces. Pourtant, Claude Monet a toujours refusé de se rendre en Amérique. Après la Seconde Guerre mondiale, les critiques d'art américains vont redonner une nouvelle vie aux «Nymphéas», afin qu'ils reviennent sur le devant de la scène. (Télérama)

 

Histoire vivante

Les routes de l’esclavage

(3/4)   1620 - 1789: du sucre à la révolte

Minisérie documentaire de Daniel Cattier et Juan Gélas (France / 2018)

Dimanche 22 avril 2018 à 22h15 sur 
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=3549&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2  Durée : 105 min  SHS 32

L’histoire de l’esclavage du peuple noir du 7e siècle à nos jours couvre plus de douze siècles : 1200 ans de sujétion, d’oppression, de violences, mais aussi de résistances et de passions, qu’interrogeront les différentes commémorations de 2018. En célébrant l’abolition de l’esclavage au Brésil en 1888 ou la libération effective des esclaves dans les territoires britanniques en 1838, le monde se souviendra d’une histoire qui concerne quatre continents et des millions d’hommes, de femmes et d’enfants.

Comment a-t-il été possible d’asservir près de 40 millions d’hommes pendant près de treize siècles ? Comment a-t-il été possible d’admettre la réduction de la personne humaine à l’état d’une marchandise pouvant être achetée, vendue, échangée, transmise par héritage comme n’importe quel bien matériel ?

En quatre épisodes, cette enquête historique revient sur la véritable histoire de l’esclavage, des racines méconnues de cette pratique à son abolition à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Retour sur l’arsenal idéologique, juridique et religieux qui a permis et servi sa justification :

Episode 3 :
Imitant le modèle portugais, l'Espagne, la Hollande, la France et l'Angleterre, en quête de colossaux profits, se disputent les Caraïbes pour y cultiver la canne. L'Atlantique devient le champ de bataille de la guerre du sucre, laquelle va multiplier les routes de l'esclavage à grand renfort d'investissements, avec la complicité des banques et des compagnies d'assurances. Alors que les méthodes s'industrialisent et que la terreur s'intensifie – razzias, tortures et décapitations publiques pour prévenir toute rébellion –, près de sept millions d'Africains sont entraînés dans la tourmente, vendus par des marchands locaux à des flibustiers et armateurs négriers, tandis que s'élèvent en Europe les premières voix contre la barbarie de la traite, socle du capitalisme émergent. (Télérama)

(4/4)  1789 - 1888: les nouvelles frontières de l'esclavage

Episode 4 :
A Londres, Paris et Washington, le courant abolitionniste gagne du terrain. Après la révolte des esclaves de Saint-Domingue, la Grande-Bretagne abolit la traite transatlantique en 1807. Mais l'Europe, en pleine révolution industrielle, ne peut pas se passer des esclaves. Pour satisfaire son besoin de matières premières, elle repousse les frontières de l'esclavage, fermant les yeux sur les nouvelles formes d'exploitation de l'homme au Brésil et aux Etats-Unis. A l'heure où la traite légale est enfin interdite, la déportation des captifs
africains va exploser, plus importante que jamais. En cinquante ans, près de 2,5 millions de personnes sont ainsi déportées. (Télérama)

 

Homeland : Irak année zéro

(2/2) Après la bataille

Minisérie documentaire de Abbas Fahdel (Irak /2015)

Lundi 23 avril 2018 à 00h00 sur http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=3549&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2 Durée : 175 min 
SHS 32

Homeland : Irak année zéro du cinéaste irakien Abbas Fahdel est une fresque puissante qui nous plonge, pendant deux ans, dans le quotidien de sa famille peu avant la chute de Saddam Hussein, puis au lendemain de l’invasion américaine de 2003. Home movie à résonance universelle, ce documentaire est découpé en deux parties : l’avant et l’après.

(2/2) Après la bataille

Revenu à Paris pour assister à la naissance de sa fille, Abbas Fahdel n'est pas sur place au moment de l'invasion américaine en mars 2003. Le réalisateur organise donc son voyage de retour au pays. Mais, dès son arrivée sur place, les choses ne sont plus du tout les mêmes : l'armée américaine occupe le terrain et il est très difficile de circuler. Abbas parvient néanmoins à retrouver sa famille et son neveu Haidar. L'adolescent accompagne le cinéaste dans ses pérégrinations à travers un Bagdad dévasté par la guerre. Tous deux font de nombreuses rencontres et constatent que la parole s'est libérée depuis la chute du raïs... (Télérama)

 

Une terre deux fois promise : Israël-Palestine (1 et 2/2)

Documentaire de William Karel et Blanche Finger (France, 2017)

Mardi 24 avril 2018 20h50 sur 
http://www.e-media.ch/common/showPhoto.asp?ID=2267&Objectname=_Resource&Fieldname=Thumbnail_2  Durée : 2x55 min 
SHS 32



William Karel et Blanche Finger poursuivent leur exploration de l’histoire du peuple juif. Le premier volet couvre les années 1897- 1948, du rêve sioniste de Theodor Herzl à la création de l'Etat d’Israël, à l’issue du mandat britannique en Palestine (1920-1948). La cohabitation pacifique entre Palestiniens et Juifs laisse bientôt place aux révoltes consécutives aux vagues d’immigration juive. Voyant la situation leur échapper, les Britanniques sèment la discorde entre les deux peuples tandis que, dans les années 1930, les bruits de bottes nazis se rapprochent. Survient la Shoah. Suivie de l’odyssée des survivants dont plus de cent mille tenteront d’entrer clandestinement en Palestine entre 1945 et 1948.

Cet épisode oublié est le cœur battant du film, qui aborde, dans sa seconde partie, les conséquences tragiques de la première guerre israélo-arabe de 1948 : le départ de 750 000 Palestiniens sur une population de 900 000. Des images de réfugiés traversant le Jourdain en 1967, en s’agrippant à une corde, se passent de mots. Les conflits s’accumulent dans un Etat hébreu naissant, jusqu’au tournant de la guerre des Six-Jours de 1967 ouvrant la voie à l’occupation, puis à la colonisation. Une nouvelle histoire commence...

Bousculant les certitudes, ce documentaire permet de se faire une idée précise sur la nature profonde du sionisme politique, la place de la Shoah dans la chaîne d’événements ayant conduit à la création d’Israël, ou encore les raisons politiques et militaires des Six-Jours. Sans oublier de restituer la manière dont ces bouleversements ont été interprétés, vécus ou subis côté palestinien. Universitaires israéliens (Elie Barnavi, Shlomo Sand...) et palestiniens (Elias Sanbar, Amneh Badran...) livrent des visions contrastées et complémentaires, en miroir. Au-delà de I’énumération d’événements-clés parfois survolés mais superbement mis en images, se déploie la pensée de ces intellectuels témoins, autant capables de parler à la première personne que de se livrer à une honnête autocritique. (Télérama)

 

 

 

 

Bookmark and Share

Recherche

Recherche dans les ressources